Affichage de 274 résultats

Notice d'autorité

Edera, Bruno

  • CHCS000029ISAAR
  • Personne
  • 1937-2020

Bruno Edera est né le 3 novembre 1937 à Ste-Croix (Vaud). Il fait un apprentissage de mécanicien de précision chez Paillard SA, fabricant des appareils de cinéma Bolex puis un certificat fédéral de capacités. Il suit de nombreuses formations, en particulier un cours de technique du scénario cinématographique et un cours de technique générale cinématographique (Paris) puis plusieurs cours à la Télévision Suisse Romande (TSR). Il fait du théâtre et du cinéma amateur; par ailleurs spectateur assidu et animateur de ciné-club, il fréquente dès les années 1960 plusieurs festivals de cinéma d'animation dont Annecy, Zagreb et Ottawa.
En mars 1967, Bruno Edera entre à la TSR; il travaille au secteur "Science et Education" jusqu'en 1972, année où ce secteur est supprimé. Il collabore à de nombreuses émissions d'animation et devient responsable des achats et des coproductions de films d'animation avec des cinéastes extérieurs.
En 1968, avec le réalisateur Ernest Ansorge et le directeur de la Cinémathèque suisse, Freddy Buache, il fonde le groupement Suisse du Film d'Animation, section de l'Association Internationale du Film d'Animation. Il organise des concours pour les jeunes et écrit de très nombreux articles, contributions à des catalogues de festivals et études sur le cinéma d'animation, parmi lesquels Full length animated feature films (1977), Histoire du cinéma suisse d'animation, Travelling n°51-52, Edition Cinémathèque suisse, Lausanne (1978) et Le cinéma d'animation africain (1993).
Cinémathèque suisse, 2017.
Bruno Edera décède le 17 novembre 2020.

Eggert-Kuser, Dora

  • CHCS000175ISAAR
  • Personne
  • 1900-1987

Dora Eggert-Kuser est née à Zürich le 6 octobre 1900. Elle fait des études de sculpture. En 1933, elle épouse l’artiste allemand Wilhelm Eggert, et effectue en sa compagnie un voyage en Afrique, de février 1934 à novembre 1935. De ce voyage, qui les a amené d’Alger à Mombasa, le couple ramène un film de voyage, qui sort en 1939 sur les écrans allemands sous le titre de Safari et sur les écrans suisses sous le titre de Negresco-Schimpansi. Le film est attribué à l’un ou l’autre époux, ou aux deux, selon les sources et en particulier selon les pays où le film a été diffusé, l'Allemagne favorisant Wilhelm Eggert, et la Suisse lui préférant son épouse zürichoise. Pour l’un comme pour l’autre, il s’agit de leur seule production cinématographique connue. Dora Eggert-Kuser, plus tard connue sous le nom de Dora Raustein-Eggert, se consacra essentiellement à la sculpture. Elle est décédée à Zürich, le 30 août 1987. (Source : Cosandey, Roland : Negresco Schimpanzi, c’est Safari ! In : Documents de cinéma, 2017. https://www.cinematheque.ch/fileadmin/user_upload/Expo/Safari/Safari_18_1_2017.pdf [consulté le 15 juillet 2019]

Elite Film AG

  • CHCS000053ISAAR
  • Collectivité
  • 1928-

Société fondée à Genève en 1928, transférée à Zurich en 1937, ayant pour but l'achat, la vente et l'exploitation de films en Suisse. [source: registre du commerce du canton de Zurich, consulté le 26 janvier 2016]
Entreprise familiale indépendante, Elite est en 2007 dirigée par deux co-directeurs généraux: Ralph Dietrich et Karin Dietrich. En 2005, la société est le premier distributeur indépendant de Suisse. Elle distribue principalement des productions indépendantes américaines prestigieuses souvent primées dans des festivals, ainsi que des films européens grand public d'origine britannique, italienne ou scandinave. L'Ascot Elite Entertainment Group produit également des films suisses en coopération avec des sociétés de production nationales.
Elite possède également un secteur DVD. Il vend des films acquis par Elite, ainsi que des films produits par son président, Erwin C. Dietrich. Ce dernier [1930-2018, qui acquit Elite dans les années 1970] est un pionnier très prolifique de la production [notamment de films érotiques], de la distribution et de l'exploitation de salles. [Source: Lange, André et Newman-Baudais, Susan, Les entreprises de distribution cinématographiques en Europe, Strasbourg, Observatoire européen de l'audiovisuel, 2007, p. 46]

Engler, Robi

  • CHCS000035ISAAR
  • Personne
  • 1940-

Né à Saint-Gall le 18 novembre 1940, Robi Engler étudie à l'Ecole des Beaux-arts et fait un apprentissage de graphiste. Il débute sa carrière dans le domaine de la publicité à Londres, à Paris et à Zurich. Il étudie ensuite le cinéma d’animation à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs à Paris.
Dès 1975, il fonde son atelier Animagination à Lausanne et devient réalisateur indépendant de cinéma d’animation. Engler faisait partie du groupe NRJ (avec Ansorge et Jean Perrin) qui créé la série les Volbecs, Si j’étais…si j’avais et d’autres dessins animés pour enfants pour la télévision suisse romande. Il produit également des publicités, des films éducatifs et industriels pour la Suisse.
Il a été président du GFSA (Groupement suisse du film d’animation) de 1992 à 1998, et il est membre de l’ASIFA (Association Internationale du Film d’Animation). Il était ami avec un des directeurs du festival d’animation à Annecy, ce qui explique la quantité de cassettes de démonstration qu’il y a dans ce fonds, Engler était un intermédiaire accessible pour les animateurs qui aspiraient à montrer leurs œuvres au festival.
Très souvent on retrouve une dimension didactique dans l’activité de Robi Engler. Dès la création de son atelier en 1975, Engler organise et collabore à de nombreux ateliers d’animations dans des établissements secondaires de toute la Suisse et partout ailleurs dans le monde. Il a d’ailleurs publié un livre à ce sujet Les ateliers de cinéma d’animation en 1982, et réédité en 1993.
En 2003, en collaboration avec la Belgique, Engler réalise le premier long métrage suisse d’animation par ordinateur Globi and the stolen Shadows.
Robi Engler reste très actif aujourd’hui, mais plutôt du côté de l’Asie. Il a collaboré avec le studio d’animation Xanthus de Taiwan pour la série animée Traces en 2010. Engler continue de transmettre sa fièvre d’animation au Tainan College of Arts de Taiwan.

Erni, Barbara

  • CHCS000273ISAAR
  • Personne
  • 1948-

Evangelischer Mediendienst

  • CHCS000039ISAAR
  • Collectivité
  • 1983-2000

Die reformierten Kirchen in der Deutschschweiz institutionalisierten ihre Medienarbeit mit der Gründung von verschiedenen Organisationen. Vorläufer des Vereins Evangelischer Mediendienst (1983-2000) waren der Schweizerische Protestantische Film- und Radioverband (SPFRV), gegründet am 4.7.1948, sowie die Vereinigung evangelisch-reformierter Kirchen der deutschsprachigen Schweiz für kirchliche Film-, Radio- und Fernseharbeit (Vereinigung FRF), gegründet am 13.5.1968. Nachfolgeorganisation ist der Verein Reformierte Medien (ab 2000). Bereits 1963 war ein Sekretariat für die kirchliche Filmarbeit eingerichtet worden, ab 1967 bis 1984 besetzt durch Pfarrer Dölf Rindlisbacher als Filmbeauftragter, gefolgt von Pfarrer und Dozent Hans Hodel von 1987 bis 2003. Im Rahmen dieser Organisationen verfolgte die reformierte Kirche Tätigkeiten in den Bereichen Filmpublizistik, Dokumentation, Filmverleih, Beratung, nationale und internationale Juryarbeit, Filmförderung u.a. Als zentrale Person war der Filmbeauftragte für einen Grossteil der Aktivitäten und Projekte verantwortlich. Ab den siebziger Jahren wurde die ökumenische Zusammenarbeit in der kirchlichen Medientätigkeit stetig ausgebaut und Aktivitäten mit den katholischen Pendants sukzessive fusioniert. Für die ökumenischen Projekte war bis 2000 der Verein ZOOM und die Nachfolgeorganisation Ökumenische Mediengruppe (Verein, ab 2000) verantwortlich.
Im Bereich der Publizistik veröffentlichten diese Organisationen die Zeitschriften Schweizerischer Protestantischer Film- und Radioverband (1948-1952), Film und Radio (1952-1970), Zoom (1970-1972), Zoom-Filmberater (1973-1982), Zoom Film, TV, Radio (1983-1989), Zoom Film und Medien (1990-1991), Zoom Zeitschrift für den Film (1992-1999).

Exposition Le train du cinéma

  • CHCS000044ISAAR
  • Collectivité
  • 1988-1988

L’exposition itinérante « Le Train du Cinéma » est réalisée en 1988 sous le patronat du Comité national de l’Année européenne du cinéma et de la télévision. En Suisse, les activités sont pour l’essentiel : le train du cinéma, la journée du cinéma et la production de copies additionnelles de films suisses ou européens inédits.
L’exposition est composée de trois wagons CFF qui présentent une vitrine de la production cinématographique suisse et européenne des dernières décennies. La tournée prévoit une cinquantaine d’arrêts dans des gares suisses. Elle débute à Ostermundigen (Berne) le 8 avril et s’achève le 31 octobre à Lausanne. [D’après le rapport « Le point des activités en Suisse », Bern, 25 mars 1988 et le dépliant de présentation]

Fama Film AG

  • CHCS000047ISAAR
  • Collectivité
  • 1987-

Société de production et de distribution de films, fondée à Berne le 26 août 1987. Depuis le 8 janvier 2001, son siège est à Zurich. En 2015 elle fait uniquement de la distribution.

Favre, René

  • CHCS000184ISAAR
  • Personne
  • 1921-2003

René Favre est né en 1921 ; il fait des études à la Verkehrsschule de Saint-Gall et entre dans l’administration des Postes en 1940. C’est à la suite d’une mutation à Zürich qu’il fait la connaissance de Claude Emery, avec qui il partage la passion du cinéma et un engagement politique au sein du Parti ouvrier et populaire. En 1945, il vient habiter Lausanne, où il quittera plus tard la Poste pour rejoindre la Direction des Écoles.
Avec Emery, il devient membre du Ciné-club de Lausanne en octobre 1946, soit quelques mois seulement après sa fondation, et rejoint le comité. Il est rapidement nommé vice-président, puis président du club, fonction qu’il occupera jusqu’à sa dissolution en 1966.
A la même époque, il participe, toujours avec Emery, à la Fédération suisse des Guildes du film et des ciné-clubs, dont il est brièvement le trésorier (1949-1950). Il participe également activement à la mise en place de la Cinémathèque suisse en 1948, dont il est l’un des membres fondateurs. Il assure notamment l’intérim entre son premier directeur, Claude Emery, et Freddy Buache, qui lui succède. Il siège à la Commission exécutive et est le trésorier de la Cinémathèque pendant de nombreuses années. Il quitte la Cinémathèque en 1983, après avoir été mis en cause dans la presse pour des irrégularités comptables, et se reconvertit dans la restauration bio en compagnie de son épouse, Liliane. René Favre décède en 2003.
(Source : Alessia Bottani, « Portrait de René Favre », in Frédéric Maire et Maria Tortajada (dir.), site Web La Collaboration UNIL + Cinémathèque suisse, www.unil-cinematheque.ch, mars 2015. [consulté le 9 juillet 2019])

Fédération Internationale des Ciné-Clubs (FICC)

  • CHCS000104ISAAR
  • Collectivité
  • 1947-

La Fédération Internationale des Ciné-Clubs (International Federation of Film Societies) a été fondée à Cannes en 1947 lors d'une réunion entre les représentants de diverses fédérations nationales pour développer les échanges entre les ciné-clubs nationaux. L'encouragement à la diffusion du cinéma, en particulier les films non représentés dans les circuits commerciaux, et l'organisation de jurys internationaux dans un certain nombre de festivals comme Cannes, Cracovie, Evora, Tallin ou Locarno constituent deux pôles importants des activités de la FICC.
La Fédération est organisée en 5 groupes: Afrique, Amérique latine, Asie-Pacifique, Europe, Pays nordiques.
Voir le site https://infoficc.wordpress.com/author/infoficc/ (consulté le 21 mars 2017).

Festival International Médias Nord-Sud (FIMNS)

  • CHCS000138ISAAR
  • Collectivité
  • 1985-2011

En 1985, Jean-Philippe Rapp, alors co-directeur de l'émission Temps présent à la Télévision Suisse Romande, mais aussi chargé de cours à l'Institut des études du développement (IUED), s'allie à Jaques Forster, directeur de l'IUED et Philippe Grandjean, journaliste. Ensemble, ils lancent à Genève les premières «Rencontres Médias Nord Sud». Leur ambition : contribuer au rééquilibrage de l'information entre pays développés et en voie de développement, et déchiffrer les grandes questions du temps (tiré du site internet du FIMNS www.nordsud.ch).
Une fois par année, autour d'un thème choisi, le FIMNS organise la projection de très nombreux films documentaires, dans le cadre d'un concours, ainsi que divers colloques. Le tout est ouvert au public. Dès 2007, chaque thème est traité en deux ans : à Genève d'abord, puis dans une région du monde en lien avec le thème l'année suivante (Inde, Burkina Faso).
Le FIMNS cesse ses activités après l'édition de 2011.

Film et Vidéo Collectif Lausanne

  • CHCS000038ISAAR
  • Collectivité
  • 1977-1990

Film et Vidéo Collectif est une société anonyme constituée le 22 juin 1977 à Lausanne par une vingtaine de techniciens et de réalisateurs romands indépendants. Elle reprend les installations techniques et les locaux de CADIA S.A. à Ecublens (Vaud) et y établit son siège social. Le Filmkollektiv Zürich participe au concept de la nouvelle société ainsi qu’à son capital et à son matériel. A l'origine, le Collectif a pour principaux objectifs de sauvegarder l’infrastructure de CADIA, de regrouper les intérêts de réalisateurs et de techniciens indépendants, de faciliter la réalisation, la production et la diffusion de films et de bandes vidéos. La première co-production de la Société concerne le film d'un de ses membres fondateurs, Les petites fugues (1979) de Yves Yersin. En 1980, la Société est réorganisée par Y. Yersin. Elle est scindée en deux: Film & Vidéo Production (continuité de l’entreprise originelle FV Film vidéo et collectif S.A., d’après le registre du commerce, radiée en 1990) et Film & Vidéo Collectif Image SA (matériel de tournage, radiée en 1985). [Sources: Dumont et Tortajada, dir., Histoire du cinéma suisse 1966-2000 (2007), t. 1, p. 346-350, notice 293, pour le film Les petites fugues (1979) et CinéBulletin n. 25, octobre 1977, p.1-2]

Film Institut Bern

  • CHCS000076ISAAR
  • Collectivité

Le Film Institut était une centrale de location de films en 16mm destinés à l’enseignement et au circuit parallèle de distribution (ciné-clubs, associations, entreprises, etc.). Il est issu du Cinéma scolaire et populaire suisse, fondé à Berne en 1921, lié lui-même à la création du laboratoire Schwarz-Filmtechnik et de Sonorfilm AG à Ostermundigen (Berne). La Schulfilmzentrale, Stiftung des Schweizer Schul- und Volkskino Bern, a disparu en 2002

Filmgilde Solothurn (FGS)

  • CHCS000141ISAAR
  • Collectivité
  • 1960-1980 ca.

Ciné-club sous forme d'association, créée à Soleure en 1960 par un groupe de jeunes gens passionnés par le cinéma. Certains de ses membres seront à la base de la création de la Société suisse des journées cinématographiques de Soleure (SSJS) - Schweizerische Gesellschaft Solothurner Filmtage (SGSF) en 1967. La Filmgilde continue pourtant d'exister en parallèle de la Société mais finira pas s'éteindre vers 1980.

Fondation Livre-Cinéma-Théâtre

  • CHCS000262ISAAR
  • Collectivité
  • 1998-2015

Créée à Genève par Jean-Louis Peverelli, Géraldine Veyrat et Philippe Aigroz en 1998. Son objectif est l'étude et la promotion d'oeuvres littéraires, leur adaptation au cinéma, au théâtre et autre forme d'expression artistique.

Fonjallaz, Madeleine

  • CHCS000244ISAAR
  • Personne
  • 1941-

Née en 1941, Madeleine Fonjallaz fait ses études au gymnase puis à l’université de Lausanne. Elle y obtient une licence en Lettres en 1965. Après quatre années d’enseignement au collège de l’Elysée à Lausanne, elle entre à la TSR (Télévision suisse romande) où elle est scripte de 1968 à 1973.
Devenue indépendante, elle travaille comme scripte et assistante de réalisation, entre autres avec Yves Yersin, Francis Reusser, Claude Goretta, Alain Tanner, Patricia Moraz, Véronique Goël, Thomas Koerfer, Villi Hermann, Kurt Gloor, Xavier Koller, Robert Wilson. Elle rédige deux textes édités par la Société suisse des Traditions populaires en complément aux films d’Yves Yersin « Les cloches de vaches » et « La tannerie ».
En 1974, elle figure parmi les membres fondateurs de l’Association suisse des techniciens du film, qu’elle présidera de 1979 à 1982. En 1977, elle participe à la création de la société Film & Video Productions SA (Ecublens) avec entre autres Yves Yersin, Claude Champion, Jean-François Amiguet, Marcel Schüpbach et Frédéric Gonseth.
En 1987, elle entre à l’Office fédéral de la culture, section cinéma, où elle est chargée de l’encouragement du cinéma. Elle y restera jusqu’à sa retraite en 2001.
De 1993 à 2001, Madeleine Fonjallaz a représenté la Confédération auprès d’Eurimages, le fonds culturel du Conseil de l’Europe créé en 1988, qui soutient la coproduction, la distribution et l’exploitation de films européens.
Source: Madeleine Fonjallaz, curriculum vitae, 2021 (dossier de gestion du fonds d'archives, cote CSL 164).

Franck, Eric

  • CHCS000174ISAAR
  • Personne
  • 1935 -

Eric Franck naît en 1935 de Louis Franck, banquier belge, et de sa femme Evelyn, d’origine anglaise. Il fait ses études en internat en Suisse, puis à Harvard, aux États-Unis. Galeriste et collectionneur d’art, notamment de photographie, il est le frère et le beau-frère du couple de photographes formé par Martine Franck et Henri Cartier-Bresson. Il s’intéresse également au cinéma et produit plusieurs films. En 1963, son premier film est Paris vu par…, en compagnie de Barber Schroeder et avec des contributions de réalisateurs tels que Claude Chabrol, François Truffaut, Jean-Luc Godard et Eric Rohmer.
En 1973, il passe commande au cinéaste suisse Fredi Murer d’un film de famille, portrait de ses deux jeunes fils qu’il souhaite offrir en cadeau de mariage à ses parents. Le film, Christopher & Alexander, est projeté aux Journées de Soleure en 1974.
On lui doit aussi La Paloma (1973), Schatten der Engel (1976) et Violanta (1977) de Daniel Schmid ; Seuls (1981) de Francis Reusser ; ou encore le documentaire Koko, le gorille qui parle (1978) de Barbet Schroeder. Il produit également de nombreuses pièces de théâtre.
(Sources : Eric Franck, Martine Franck obituary in : The Guardian, 19.08.2012 ; Fonds Eric Franck ; Alexandra Schneider, « Les gestes de l’intime : Christopher & Alexander », Décadrages [En ligne], 12 | 2008, mis en ligne le 05 février 2014, consulté le 30 septembre 2016. URL : http://
decadrages.revues.org/365 ; DOI : 10.4000/decadrages.365)

Frey, Willy

  • CHCS000014ISAAR
  • Personne
  • 1906-1979

Pasteur et cinéphile, Willy Frey est l’un des fondateurs du ciné-club La Guilde du Film à La Chaux-de-Fonds. Il fait partie d'une commission de l'Eglise Réformée neuchâteloise dont la cheville ouvrière était le pasteur Durupthy, chargé d'organiser dans les paroisses des projections de films en 16 mm.

Dès son arrivée à La Chaux-de-Fonds en 1942, Willy Frey s'intéresse aux activités culturelles de la ville et, dès leur création, au Club 44, à la Société de culture contemporaine et à la Guilde du Film. Persuadé que l'Eglise devait voir dans le cinéma autre chose que l'illustration édifiante de grands principes moraux, il a lui-même créé un groupe de cinéma, le Groupe de cinéma de l'Eglise, et organisé parallèlement à la Guilde du film, ou parfois avec elle, des projections dans un cinéma de la ville.

W. Frey tient également une chronique hebdomadaire dans Coopération, du temps où ce journal contenait encore des pages locales dans les années 1950. Le pasteur y parle des films projetés dans les cinémas de la ville, sans les avoir vus pour la plupart. C'est donc un travail de seconde main qui nécessite une information régulière et précise, d'où l'établissement d'une collection de coupures de presse (surtout la presse française, notamment Les Lettres françaises, avec Georges Sadoul, puis Arts et Spectacles) et d'un fichier contenant pour chaque film les références à certaines revues de cinéma régulièrement dépouillées, notamment les Cahiers du cinéma.
[source: Jean Frey, fils de Willy, courrier à la Cinémathèque suisse, 2 décembre 2013; Collection Willy Frey, cote CSL 096]

Résultats 81 à 100 sur 274