Présentation de caspar

Le nom

caspar (pour CinémAthèque Suisse Papier ARchives) désigne l’inventaire en ligne des collections d’archives papier de l’institution. Le résultat de l’acronyme est une forme rare du prénom Gaspard (Kaspar, Casper, Gaspare, Jasper, …). Etymologiquement, il provient du latin gaspardus, lequel trouverait son origine dans le sanskrit gathaspa, “celui qui vient voir” ou de l’hébreu ghaz, “trésor” et bar, “gérer, administrer”. Rien de tel pour désigner un outil qui permet tout à la fois de gérer de précieux documents d’archives et de les mettre en valeur.

Contenu en ligne

caspar couvre les collections d’archives papier conservées au Centre de recherche et d’archivage de Penthaz (cotes CSL et DD) et à la Dokumentationsstelle Zürich (cotes CSZ et DDZ). Il contient les descriptions archivistiques - ou inventaires – des fonds. A chaque description est liée une notice d’autorité qui présente la personne physique ou morale (le « producteur ») qui est à l’origine du fonds.

caspar n’est pas exhaustif. Au moment du lancement en été 2016, un tiers des collections est décrit, de façon sommaire ou détaillée. De nouvelles descriptions et notices d’autorités sont mises en ligne au fur et à mesure de l’avancement des travaux des archivistes.

caspar ne décrit pas les autres collections de la Cinémathèque suisse, à l’exception de certains dossiers documentaires. Plusieurs fonds, dits « fonds mixtes », comportent des ensembles de documents gérés par plusieurs secteurs. Ces ensembles sont uniquement mentionnés dans la description archivistique.

caspar ne donne pas accès à des archives numérisées. Pour des questions de droits, la consultation de celles-ci se fait sur place au Centre de recherche et d’archivage de Penthaz.

Logiciel et normes

caspar utilise l’application web >AtoM, acronyme de Access to Memory. Il s’agit d’un logiciel libre, crée par la société canadienne Artefactual sur mandat du >Conseil International des Archives (CIA ou ICA). Il est utilisé par des centaines d’institutions d’archives de par le monde. AtoM met en œuvre les normes internationales suivantes : ISAD(G) pour les inventaires ou descriptions archivistiques, lSAAR(CPF) pour les notices d’autorités et ISDIAH pour l’institution de conservation. La Cinémathèque suisse teste et utilise la version AtoM 2.2 depuis 2015 et rend public un premier lot d’inventaires dès l’été 2016. Elle migre vers AtoM 2.3.1. en octobre 2017.

Pour les cinéphiles

Il n’y a aucun lien entre caspar et Casper le fantôme, le film de Pierre Tchernia intitulé Les gaspards (1974) ou toute oeuvre consacrée aux rois mages.

© Cinémathèque suisse